Sommaire
Iso Zen
Prodag
 
Documentations

Thèmes de Recherche

Vidéos
 
Information,
Des Informations
Introduction
Tous les mêmes
Les groupes dans la construction sociale
Oubliez le rapport parlementaire de 1996
Articles de presse
Extrait d'ouvrages
 
Liens vers d'autres sites
Ecrire à
 
 
Mise à jour le 26 novembre 2010 Copyright 1998-2010 Prodag
 
 

prodag

Un cas exemplaire de nivellement spirituel

 

Les associations intégristes auto-proclamées "anti-sectes" vues par les spécialistes des minorités spirituelles (chercheurs universitaires, juristes, prêtres, psychiatres, journalistes...)

"Tout au long de l'histoire, la peur du comportement créatif et des états mystiques, c'est-à-dire de la face intuitive de l'expérience humaine, a conduit à des chasses aux sorcières trop nombreuses pour en dresser la liste." Marylin Fergusson, Les Enfants du Verseau.

Tous ceux qui ont sérieusement étudié les nouveaux nouvements religieux savent que, sous le couvert de lutte "anti-secte", des groupuscules intégristes ou militants mènent en fait un combat idéologique fondé sur l'intolérance et l'exclusion.

Ce que les sociologues nomment les "nouveaux mouvements religieux" sont près de vingt mille dans le monde. Dans une infime minorité de ces groupements (au regard de leur nombre et de leur diversité) des individus sans scrupules peuvent abuser d'adeptes trop crédules en jouant notamment d'une certaine forme de régression groupale. Il est nécessaire de dénoncer ces déviances comme il est essentiel de défendre, par exemple, au sein des familles, les dizaines de milliers d'enfants maltraités. Mais il serait aussi abusif de condamner à priori tous les nouveaux mouvements religieux que de jeter la suspicion sur tous les pères de famille...

Philippe Gast, docteur en droit et maître de conférences à l'université du Havre, qui a consacré plusieurs ouvrages au rapport entre droit et spiritualité parle des "associations anti-sectes téléguidées soit par des religions en place, soit par des groupes de pression athés, qui, non sans humour, ont pour une fois le même combat." Cette observation rejoint celle de deux médecins psychiatres, Jean-Marc Mantel, président-fondateur de l'Association internationale de psychiatrie spirituelle et Jacques Vigne, auteur de plusieurs ouvrages concernant la spiritualité : Des sous-groupes à tendance intégriste cherchent à agiter le spectre des sectes pour essayer de regagner sur la psyché des gens un pouvoir qu'ils ont en grande partie perdu. Ils devraient plutôt méditer le proverbe africain : " Quand on a un trou à sa culotte, on ne monte pas au cocotier"...

Nous proposons ci-joint les avis autorisés de tous les observateurs impartiaux qui, pour une raison ou une autre, sont concernés par l'étude des nouvelles spiritualités : chercheurs universitaires, juristes, prêtres, psychiatres, journalistes... Tous dénoncent régulièrement le fanatisme et la dangerosité des associations obscurantistes qui se font les chantres du spirituellement correct en manipulant l'information avec l'appui intéressé de médias en quête de boucs émissaires.

Ne désirant faire aucune publicité gratuite à ces associations fanatiques, nous avons parfois remplacé dans quelques- unes des citations ci-dessous leur sigle par un terme neutre ( associations anti-sectes par exemple. )

  • Voici comment sont décrits ces groupuscules dans un document daté du 31/09/96 provenant du Cesnur - Centre d'Etude sur les Nouvelles Religions - association internationale de spécialistes de nouveaux mouvements religieux, indépendante de toute église, religion ou mouvement :
    "Ces groupes ont multiplié les publications de travaux non scientifiques fondés sur des préjugés, et dans les dix dernières années, leurs observations ont systématiquement été jugées sans valeur par les tribunaux d'Amérique du Nord et du Royaume-Uni. "
  • Lors du colloque de l'Association Française de Sociologie Religieuse, le 5/2/96, Louis Hourmant (Doctorat EHESS) analyse le débat social autour des mouvements qualifiés de "sectes":
    " ... On ne peut séparer le développement de la controverse anti-sectaire de la constitution d'un mouvement anti-secte incarné dans des organisations parfois rivales et qui développent leurs propres concepts et théories concernant "le lavage de cerveau", le "déprogramming", la "manipulation mentale", les "masques"(dont s'affubleraient les sectes pour avertir les convertis). Ces concepts, bien que régulièrement critiqués par les sociologues, contribuent à modeler le débat social dans un sens unilatéral sans que soient examinés les enjeux, l'idéologie et les valeurs de ceux qui les avancent. Il est ainsi étonnant qu'aucune étude en France n'ait été entreprise sur les organisations anti-sectes alors que leurs homologues américains ont fait l'objet de différents travaux.

  • Brian Wilson, professeur émérite de sociologie à l'université d'Oxford déclare :
    "les mouvements anti-sectes ... sont incapables d'objectivité."

  • Voici comment le directeur du Cesnur, Massimo Introvigne, professeur d'histoire et de sociologie des mouvements religieux en Italie, présente les associations "anti-sectes":
    " En France, celles-ci opèrent depuis des années, non sans lien avec le réseau international des mouvements anti-sectes...
    Il est souvent dit que l'une représente un point de vue de tendance catholique et l'autre un point de vue purement laïc... Il s'agit de groupes mal informés et agissant sur la base de préjugés et de partis-pris. Étant donné qu'il ne s'agit en aucune façon d'organismes "objectifs" ou "neutres", le soutien qu'ils reçoivent de la part des pouvoirs publics est déjà excessif, et on ne ressent certainement pas le besoin de l'élargir."

  • Régis Deriquebourg , maître de conférences à l'université Charles de Gaulle de Lille et membre du groupe de sociologie des religions et de la laïcité du CNRS :
    " De la même façon que les anciens démonologues avaient bâti une science de la sorcière appelée démonologie, les opposants aux sectes construisent la sectologie, une science des sectes qui leur est propre et qu'ils opposent au savoir des spécialistes jugés complaisants envers les religions minoritaires. Le discours de la sectologie est imprégné de psychologie. La névrose remplace Satan. Le discours s'est modernisé mais la thèse reste identique : montrer la dangerosité du personnage... Ces mouvements qualifient de complaisance l'objectivité des chercheurs et il leur arrive de reprocher aux éditeurs la publication d'un ouvrage qui ne rentre pas dans leurs vues."

  • Pierre Barrucand, maître de recherches honoraire du CNRS :
    "La virulence des attaques contre une minorité paraît toujours abusive et inacceptable... après coup. Sur le moment, très peu de gens échappent à l'intoxication de la peur engendrée par la propagande de quelques individus habités par une haine quasi pathologique et qui se nourrissent les uns les autres d'une idéologie de l'exclusion...

  • James Lewis, universitaire américain :
    " La visée finale des anti-sectes est évidemment un état totalitaire dans lequel les valeurs officielles sont répandues et pas les autres."

  • Gilles Bordessoule, psychosociologue, dans un chapitre de son livre Retrouver le divin en soi intitulé "sectes et société ":
    "Ne vous fiez pas à ce que vous croyez savoir sur les sectes... Si cela provient de la presse ou des associations anti-sectes, il y a toutes chances que cette information soit erronée, biaisée, partiale." Concernant l'idéologie anti-secte : "En gros, cela pourrait se résumer à ceci : penser en dehors du cadre fixé par la société, l'Église et les médecins psychiatres doit être condamné, pour le bien même des victimes qui se sont laissé entraîner dans l'enfer des sectes, hypnotisées par une puissance diabolique.

  • Intitulé : Les controverses en matière de "sectes" ou nouveaux mouvements religieux : un regard sur les mouvements anti-sectes, un colloque organisé par le Cesnur ( Centre d'Études des Nouvelles Religions) s'est tenu le 17 Septembre 1996 à Paris. A travers leurs contributions, des spécialistes reconnus, aussi bien français qu'étrangers, ont scientifiquement analysé l'historique, les méthodes, le discours et l'idéologie qui sous-tend les mouvements "anti-sectes". Cet ouvrage de référence est disponible au Cesnur : 16, rue Cassini 75014 Paris.

Ce ne sont pas seulement les universitaires qui s'inquiètent de cette nouvelle forme d'inquisition mais aussi des prêtres, des juristes et des journalistes indépendants ayant été sur le terrain, au contact de ses associations.

  • Le père Richard Bergeron - Franciscain, professeur émérite à la faculté de théologie de Montréal et fondateur du Centre d'information sur les nouvelles religions :
    "Les associations anti-sectes sont incapables d'inviter leurs membres et les gens concernés par les nouveaux mouvements religieux à se regarder eux-mêmes dans une démarche d'auto-évaluation."
  • Olivier-Louis Séguy - Avocat à la cour d'appel de Paris :
    " Les "Secticides" se complaisent dans la récupération de témoignages douloureux, comme pour remplacer les nécessités de la démonstration par la violence des sentiments."

  • Mgr Jean Vernette, délégué de l'épiscopat français pour les questions concernant les "sectes et nouvelles croyances. "
    ... Un contexte de délire médiatique où l'on tend à amalgamer tous les groupes ... on voit publier des listes de groupes insuffisamment fiables, en pratiquant la condamnation publique, sans que l'accusé soit entendu suivant les règles du droit. Il est urgent de reprendre le débat sur les sectes, qui dans le contexte d'éclatement et de recomposition du champ religieux, est dans l'impasse. (interview au quotidien Le Monde, daté du 14 mai 96).

Des Journalistes :

  • Terre du ciel. mars 1994 :
    " Cette association anti-sectes est devenue le passage habituel pour toute information sur les sectes, c'est-à-dire tout mouvement philosophico-spiritualo-religieux qui n'est ni catholique ni socialiste... On pourrait se réjouir qu'un tel comité de sages existe, rempart du comportement éthique. Hélas, quand on y regarde de plus près, on constate qu'en son sein la passion l'emporte plus souvent sur la sérénité, que les idées reçues les plus ordinaires sont à la base de son axe philosophique, que les traditions orientales y sont ridiculement incomprises - et aussi, il faut le dire, qu'on n'y dédaigne pas, parfois, la manipulation de textes la plus éhontée pour renforcer un dossier."
  • La Vie Naturelle. janvier 96
    " Les psychologues chargés d'étudier les dossiers manquent cruellement de compétences en matière de spiritualité... et par contre, ne manquent pas de préjugés."

  • Henri Tincq, chroniqueur religieux du journal Le Monde :
    "Pour prévenir tout climat de chasse aux sorcières et en revenir à la sérénité qui préside dans d'autres pays au débat sur les sectes, il est temps que la parole soit donnée aux juristes, aux théologiens, aux hommes de Science. "

    En réaction à la normalisation spirituelle menée par les ayatollahs "anti-sectes", des mouvements regroupent des associations, des professionnels, des thérapeutes ou des particuliers pour promouvoir la liberté de conscience et de culte, la liberté d'association et d'expression, la liberté de choix en matière de santé et de mode de vie.

  • L'Omnium des Libertés Individuelles et des Valeurs Associatives a écrit le texte suivant dans sa lettre du 7/11/97 adressée à Mme Buffet, ministre de la Jeunesse et des Sports :
    " Cette association devrait se consacrer à l'étude des sectes, mais par principe, elle se refuse d'enquêter en interne, se contentant d'enregistrer les "plaintes" qui sont, comme on peut s'y attendre, souvent malveillantes...
    Nous avons constaté de graves erreurs dans les publications de cet organisme qui ignore sciemment la sociologie pour camper sur le terrain de la polémique. Subventionnée pour dénoncer les méfaits des sectes nocives, cette association hypertrophie les préjugés envers les "spiritualités de marge" et se livre à une manipulation en gonflant les sectes baudruches et les gourous-fantômes...
    Comme il ressort du bulletin de cette association diffusé depuis 1983, ses "idéologues" expriment une véhémente critique des croyances minoritaires.
    On y dénonce les systèmes de prière et de méditation. On y condamne en bloc les idées spirituelles non conformistes tout en jurant qu'on ne s'occupe pas des croyances.
    On s'en prend aux thérapies alternatives, insinuant qu'elles tombent sous le coup de la pratique illégale de la médecine. Ce qui généralement s'avère être faux. Au fil des pages de ces bulletins, on est mis face à un révisionnisme indécent des libertés de pensée, de culte et d'association. A l'exception des dérives sectaires, au demeurant marginales, les attaques ne sont pas fondées sur des faits réels... Telles les sectes millénaristes qu'il combat, ce groupe anti-sectes verse dans l'apocalyptique et le "grand complot"...
  • On retrouve chez eux la casuistique qui a alimenté les procès en hérésie, comme si l'argumentation provenait directement des dominicains, le latin en moins. Ce mouvement mène une croisade contre la dissidence spirituelle et ne s'en cache pas. Mais l'état laïque ne devrait pas se compromettre avec cet " esprit d'inquisition"....

    Plus gravement encore, cette association qui fit la promotion de la monstrueuse technique de "déprogramming" dans son bulletin diffuse des tracts qui incitent à la surveillance des personnes dans leur intimité, doublée d'une dénonciation des comportements privés. Elle insiste pour qu'on note les noms, adresses, numéros de téléphone de tous ceux qui gravitent autour d'une personne suspectée de fréquenter les milieux spiritualistes. On constate avec effarement qu'un "changement de régime alimentaire" ou un "long temps de lecture ou de méditation" sont susceptibles d'être dénoncés comme des "symptômes" de déviance.

    "A l'examen d'un tract de cette association , des universitaires attestent qu'ils n'ont pas la connaissance d'une atteinte à la liberté individuelle aussi perverse à travers notre histoire."

    Cette propagande, subventionnée par l'Etat, est reconnue d'utilité publique. Devant ces faits, attestés noir sur blanc, on peut en déduire que l'administration a été abusée. Et comme il y a maintenant de plus en plus de plaignants qui adhèrent à notre association, car ils se sentent menacés dans leur foi et leur sécurité, nous agirons pour que les responsables de ce climat empoisonné soient neutralisés.

    A l'analyse des 2 000 pages de documentation en provenance de cette association, il est clair que les pouvoirs publics subventionnent une activité illicite au regard de nos principes républicains et laïcs.

    En conséquence :

    • 1) Nous contestons les subventions que les pouvoirs publics versent à ce mouvement, car cela l'autorise à se livrer à une "police de l'esprit" en violation manifeste de la liberté de conscience et de culte.
    • 2) Nous dénonçons les appels à l'intolérance et à la discrimination des minorités spirituelles et alertons les pouvoirs publics sur le fait que cette association préconise explicitement la surveillance des individus au sein des familles et incite à la délation des comportements intimes. Cela implique la responsabilité du ministère de la jeunesse et des sports, car dans ses dépliants, il renvoit le public à cette association comme à une instance incontestable.
    • 3) Nous proposons que la "question des sectes" soit traitée avec toute la neutralité et la prudence qui s'imposent pour ce qui touche au domaine des croyances. Des méthodes constructives existent.
    • 4) Sachant que des délégués régionaux de "Jeunesse et Sport"ont reçu mission de renseigner le public, que proposez-vous pour garantir une information impartiale dans le respect des libertés fondamentales ?

Page d'accueil

Ecrire à

Mise à jour le 26 novembre 2010
Copyright 1998-2010 Prodag - Iso Zen - Iso-Zen - Galacteus - Siderella

Les associations intégristes auto-programmées "anti-sectes vues par les spcialistes des minorités spirituelles (chercheurs, universitaires, juristes, pretres, psychiatres, journalistes ...
prodag, iso zen, iso-zen, isozen, azur mieux etre, galacteus, siderella, io, ios, iso, osi, ppel guery, appel guéry, appel-guery, appel-guéry, jean paul appel guéry, jean paul appel guery